Si vous ne voyez pas correctement cette page, cliquez-ici

Newsletter 27a - 14 avril 2016

Conférences du 21 avril et du 12 mai 2016

Par Giselle Eberhard Cotton et Magali Junet, Fondation Toms Pauli

Palais de Rumine, Lausanne (Salle du Sénat)
Entrée libre

La (re)découverte des œuvres d’art textile dans le cadre de l’exposition Tapisseries nomades. Fondation Toms Pauli – Collection XXe siècle s’accompagne de deux conférences dédiées aux Biennales internationales de la Tapisserie, tenues de 1962 à 1992 dans les salles du Musée cantonal des Beaux-Arts de Lausanne.

Au fil des éditions, plus que de simples expositions, les Biennales de la tapisserie deviennent des événements incontournables, témoignant de l’extraordinaire évolution d’un médium passé à Lausanne du statut d’art décoratif à celui d’un art réellement libre.

Deux conférences proposent de revenir sur cette manifestation qui, conçue par Jean Lurçat et Pierre Pauli comme "sismographe" de la création textile, va marquer de manière profonde l’univers de la tapisserie.

Jeudi 21 avril à 18h30

Les nouveaux barbares: Europe Est / Ouest
Par Magali Junet

Dès la première Biennale de 1962, la tapisserie traditionnelle issue des grandes manufactures françaises et étrangères est confrontée à Lausanne à de nouvelles créations venues d’Europe centrale et de l’Est. L’idée d’un tissage classique et mural exécuté sur un métier de lice est peu à peu abandonnée au profit d'oeuvres alliant matériaux, techniques et volumes inédits. Leurs auteurs sont perçus à l’époque comme des
« barbares » ou de formidables novateurs.

Magdalena Abakanowicz (Pologne) Andromeda II, 1964 Laine, coton, crin de cheval, 195 x 285 cm Fondation Toms Pauli, Lausanne Photo Arnaud Conne, Lausanne

Magdalena Abakanowicz (Pologne), Andromeda II, 1964, laine, coton, crin de cheval, 195 x 285 cm
Fondation Toms Pauli, Lausanne. Photo AN, Arnaud Conne, Lausanne

Jeudi 12 mai à 18h30

L’odyssée de l’espace: États-Unis / Asie
Par Giselle Eberhard Cotton

À partir du milieu des années 1970, l’arrivée des Américains du Nord et des Asiatiques – les Japonais en tête – est source d’une esthétique nouvelle. Les artistes usent de toutes sortes de fibres (animales, végétales, artificielles) de manière particulièrement inventive. L’organza de soie, le papier, le métal investissent l’espace et se font environnement. La tapisserie devient art textile ou Fiber Art et connaît un nouvel essor mondial.


Naomi Kobayashi (Japon) Dark of the Valley, 1979 Coton, bois, 80 x 300 x 300 cm Fondation Toms Pauli, Lausanne Photo Fibbi-Aeppli, Grandson

Naomi Kobayashi (Japon), Dark of the Valley, 1979, coton, bois, 80 x 300 x 300 cm
Fondation Toms Pauli, Lausanne. Photo Fibbi-Aeppli, Grandson

Fondation Toms Pauli

Agenda des autres événements liés à l'exposition en cours.

se désinscrire